Cette réforme a été proposée il y a presque trente ans et, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle n’a pas séduit grand monde. Et voilà qu’elle brille de nouveau sous les feux des projecteurs…

Mais est-elle vraiment utile ?

Les plus jeunes – ceux qui sont en âge de s’exprimer sur cette réforme et qui ont donc déjà appris à écrire – en sont plutôt mécontents…

Des consonnes un coup dédoublées, un coup doublées, des accents qu’on enlève ici mais qu’on garde là, deux orthographes (une traditionnelle et une autre rectifiée) qui vont devoir cohabiter… Cela paraît, en effet, assez perturbant.

Va-t-elle vraiment résoudre le problème de la langue ?

Ce n’est malheureusement pas quelques modifications d’ordre orthographique et un joli macaron sur les manuels scolaires de la rentrée prochaine qui vont changer quoi que ce soit à cette triste constatation : pour beaucoup, écrire est un vrai problème, parfois un frein, si ce n’est un cauchemar…

Bien souvent les élèves – puis les adultes – ne s’en sortent pas avec l’écrit ou tout du moins éprouvent des difficultés, non pas en raison d’un oignon (ognon !) ou d’un nénuphar (nénufar !), mais pour des causes bien plus profondes.

Comment mettre en forme ses idées, construire une phrase qui ait du sens et qui sera comprise par tous ? Voilà de vrais enjeux ! Sans parler des problèmes de grammaire et de conjugaison qui traumatisent bien plus que quelques accents circonflexes et autres traits d’union. C’est donc un travail de fond qu’il faudrait entreprendre…

Ecrire, ce n’est pas que de la technique

Si seulement les élèves apprenaient à se faire plaisir avec l’écrit… En atelier d’écriture, on rencontre des jeunes qui ont honte de leurs textes, ils disent : « je suis nul à l’écrit », parfois même ils pleurent à l’idée de les lire ! Qu’a-t-on bien pu leur faire subir pour en arriver là ?

Ecrire, ce n’est pas seulement une question d’orthographe ni même de syntaxe, de grammaire ou de conjugaison.

Ecrire c’est avant tout un outil d’expression, de création, un matériau qui se malaxe, qui se triture même, qui s’expérimente. Et pour ces jeunes, il faudra plusieurs séances de « rééducation » pour, petit à petit, leur apprendre à aimer leur écriture, malgré les fautes.

Et si on se réconciliait avec l’écrit ?

Id projet – formations pour adultes en Indre-et-Loire – propose différentes approches pour se réconcilier avec l’écrit, avec des méthodes ludiques et inventives :

« Expérimenter le plaisir d’écrire »

« Orthograthérapie : réconciliez-vous avec la grammaire et l’orthographe ! »

Pour plus de renseignements, n’hésitez pas à nous contacter.